Travail

  • Mathilde Le Coz, orléannaise : « Être élue à la CNPJ m’enrichit énormément ! »

    le coz.jpg

    Mathilde Le Coz (2ème à gauche sur la photo), 33 ans, membre de la Commission nationale de la politique de la jeunesse (CNPJ), est très impliquée sur l'organisation des prochaines Rencontres Jeunesse 2022. De la gestion de groupe à la scénographie du défilé final…

    Les chiffres, c'est son truc ! Mathilde Le Coz, orléanaise de 33 ans, y a consacré ses études. Diplômée en comptabilité, elle a été en poste jusqu’en avril 2021. « Mon contrat a duré un an et demi mais mon rythme assez lent ne m’a pas permis de le renouveler. Je regrette car j’étais bien intégrée. » Sans se démonter, la jeune comptable est toujours en cours de prospection mais d’un temps partiel cette fois dans l’administratif.

    Coup double : recherche d'emploi et bénévolat

    Libre de son temps et adhérente à APF France handicap Centre Val de Loire depuis 2016, Mathilde décide alors de devenir une "bénévole active" : elle commence en 2017 à participer aux opérations de sensibilisation en collège et anime des parcours-fauteuil. « Ça se passe très bien en général, sauf quelquefois où on a affaire à des collégiens avec des caractères particuliers. C’est la période d'adolescence qui veut ça... »

    suite de l'article

  • APF Entreprises recrute sur Orléans 2 postes de chef d'équipe pour le compte d'une grande entreprise de logistique

    6747f87fe555871ec60a904df097ae6a67f23960.jpeg

    Dans le cadre d’une prestation externe située à ORLEANS, APF ENTREPRISES TOURS recrute

    Un responsable prestation (H/F)

    APF ENTREPRISES TOURS est une entreprise adaptée de 130 salariés, gérée par l'Association APF France handicap, certifiée ISO 9001 et impliquée dans une démarche RSE.

    Nous vous proposons un poste dans un cadre de travail dynamique au sein d’une grande entreprise cliente spécialisée en logistique, mais également une expérience humaine enrichissante !

    Vos missions

    ==> la description des postes :  202201 Resp prestation ORY 1.pdf  ; 202201 Resp prestation ORY 8.pdf

  • Droit à compensation du handicap : la parole aux personnes directement concernées et nos propositions

    3068954227_1_3_4fbEwQtP.gif

    17 ans après la promulgation de la loi « handicap » du 11 février 2005, les personnes et les acteurs de terrain dressent un bilan sévère de la mise en œuvre du droit à la compensation des conséquences du handicap : celui-ci reste largement incomplet, avec des restes à charge indécents, des conséquences souvent très graves pour la santé et la sécurité des personnes et un impact lourd sur leur qualité de vie ainsi que celle des proches. Comment garantir l’autonomie et l’effectivité des droits des personnes en situation de handicap dans ces conditions ?  Nous présentons nos propositions pour l’effectivité de ce droit.

    Un droit à compensation inabouti, c’est ce qui ressort de la journée débats que nous avons organisée le 9 février, qui a réuni des personnes en situation de handicap, des associations, des professionnels de terrain des ESMS et d’autres opérateurs, des MDPH et des services départementaux, des représentants d’administrations centrales, régionales, départementales, communales, élus, etc.
  • L'accès aux droits : au cœur des missions d'APF France handicap


    La défense des droits fait partie de l'ADN d'APF France handicap, depuis sa création. Le projet Handi-Droits s’inscrit pleinement dans cet objectif et est l'une des concrétisations de notre projet associatif "Pouvoir d’agir, pouvoir choisir". 

    Avec Handi-Droits, APF France handicap optimise son organisation et ses outils pour répondre aux questions sur les dispositifs en faveur des personnes en situation de handicap dans de nombreux domaines : aides sociales, allocations/prestations MDPH, assurances, assurance maladie, assurance vieillesse, cartes, discrimination, logement, emploi/travail, indemnisation, invalidité, protection des personnes, santé, scolarité, transport).

    Ce projet permet à l'association d'accompagner aux mieux les personnes en situation de handicap et leurs proches dans la défense de leurs droits, de renforcer nos actions de plaidoyer et, enfin, de concrétiser notre mission de construction d'une société plus inclusive et solidaire.

  • Le site internet Mon Parcours Handicap accompagne désormais les lycéens et les étudiants

    istockphoto-1290205282-170667a.jpg

    Ouverte en mai 2020, la plateforme numérique Mon Parcours Handicap est un point d'entrée unique d'information, d'orientation et de services pour les personnes en situation de handicap. Depuis le 6 décembre 2021, une nouvelle rubrique « Études supérieures et handicap » propose aux lycéens et aux étudiants en situation de handicap les clés pour les encourager à poursuivre des études, les informer sur les accompagnements possibles et les aides existantes. En effet, à la rentrée 2020, les jeunes en situation de handicap ne représentaient que 1,82 % des étudiants.

    Destinée aux lycéens et étudiants en situation de handicap, à leurs parents, mais aussi aux aidants et relais d'information (maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), enseignants, associations...), la nouvelle rubrique « Études supérieures et handicap » facilite leur quotidien. Elle répond à toutes leurs questions sur les différents parcours de l'enseignement supérieur, les possibilités d'aides, d'appuis et d'accompagnement, les démarches à effectuer et permet d'identifier rapidement les bons interlocuteurs.

    Rubrique Études supérieures et handicap

    ==> suite de l'article

  • DuoDay : une journée dans la peau d'un informaticien, chez Eri Concept à Morancez

    2000005785658.jpg

    Ce jeudi 18 novembre avait lieu la journée nationale DuoDay, où un professionnel volontaire partage sa journée, en duo avec une personne handicapée. A Eri Concept, Victor Habault, informaticien, forme son binôme avec Damien, travailleur de l'Esat Vers l'autonomie, de Chartres. 

    Ce jeudi matin, Damien, 37 ans, a fait ses premiers pas en tant qu’informaticien.

    Un tournevis à la main, la tête dans l’ordinateur, il redécouvre le monde de l’entreprise. Dans le cadre de l’opération DuoDay, il forme un binôme avec Victor Habault, 26 ans, informaticien chez Eri Concept, à Morancez. Victor Habault témoigne : 

    ==> suite de l'article de l'Echo Républicain

  • Visite de l'usine agroalimentaire Ebly à Marboué par des travailleurs en situation de handicap

    2000005783870.jpg

    L’agence Pôle emploi de Châteaudun a organisé une visite de l’usine Ebly, à Marboué, mardi 16 novembre. L’objectif visait à susciter des vocations, notamment auprès des travailleurs en situation de handicap.
    Visiblement, l’important attirail dont Kévin a dû s’équiper, mardi 16 novembre, avant de pénétrer au sein de l’usine Ebly, mais aussi le bruit mécanique répétitif inhérent aux unités de production, ne l’ont pas découragé de travailler un jour pour l’entreprise située à Marboué, pionnière dans le blé à cuisiner en France. Une usine qui produit également les sachets micro-ondables de riz Ben’s Original, et qui fête, cette année, ses 25 ans d’existence.

    Susciter des vocations

    Harnaché de la tête aux pieds, avec casque, chaussures, lunettes, gilet de sécurité, blouse et charlotte, ce travailleur en situation de handicap,

    ==> suite de l'article de l'Echo Républicain

  • Emploi des personnes handicapées - le 1er ministre à Chartres dans l'entreprise Guerlain

    duoday.jpeg

    Jean Castex était en déplacement à Chartres, ce jeudi 18 novembre 2021, dans le cadre de l’opération DuoDay. Le Premier ministre s’est rendu à l’unité de production Guerlain. "Je lance un appel aux chefs d’entreprise", a souligné Jean Castex, évoquant l’inclusion du handicap en milieu professionnel.

    Un binôme entre un professionnel et une personne handicapée, le temps d’une journée en entreprise, pour favoriser l’inclusion du handicap en milieu professionnel. Le principe de l’opération Duoday, dont la quatrième édition se déroule ce jeudi 18 novembre 2021, gagne du terrain.

    Cette année, 28.000 candidats ont été comptabilisés, contre 10.000 l’an passé, dans le contexte de l’épidémie de Covid.

    ==> suite de l'article de l'Echo Républicain