• Vote des personnes handicapées : quelles modalités ?

    I3702.png

    Les personnes handicapées peuvent voter soit en se rendant directement au bureau de vote, soit en établissant une procuration si elles ne peuvent pas se déplacer. À titre exceptionnel, le régime des procurations à domicile a été assoupli pour les élections départementales, régionales et des assemblées de Corse, Guyane et Martinique qui auront lieu les 20 et 27 juin 2021.

    Pour les personnes qui se déplacent au bureau de vote (vote à l'urne)

    Les électeurs reçoivent certains bulletins de vote à leur domicile avant l'élection. Ils peuvent ainsi préparer leur bulletin à leur domicile au besoin.

    Les bureaux de vote sont aménagés pour être accessibles aux personnes handicapées (bâtiments avec accès de plain-pied, installation de plans inclinés...).

    Le président du bureau de vote doit également veiller à rendre accessibles l'ensemble des opérations électorales (accès dégagé à l'isoloir, hauteur des rideaux mais aussi des tables ou tablettes dans l'isoloir, accès à l'urne pour voter et aux feuilles d'émargement...). Au moins un isoloir doit être accessible aux personnes en fauteuil roulant.

    Les personnes handicapées qui ont besoin de se faire assister physiquement peuvent se faire accompagner par un électeur de leur choix.

    ==> la suite de l'article

  • Chartres - Les accompagnants d'élèves en situation de handicap à nouveau mobilisés pour leur statut

     

    2000005419741.jpg Les Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) ont manifesté, ce jeudi 3 juin 2021, devant les services départementaux de l’Éducation nationale, à Chartres.

    Après une première manifestation, le 8 avril 2021, les Accompagnants d’élèves en situation de handicap (AESH) se sont à nouveau donné rendez-vous pour faire entendre leurs revendications, ce jeudi 3 juin, à Chartres. Ils réclament « un diplôme et un statut de fonctionnaire » pour leur mission d’accompagnement des élèves, dans leur parcours scolaire, explique Arnaud Cochard-Prier, délégué FSU 28. En moyenne, les 600 AESH d’Eure-et-Loir travaillent 24 heures par semaine pour moins de 800 € par mois. On est précarisés. »

    ==> la suite

  • Programme des animations à distance de la délégation du lundi 31 mai au samedi 05 juin 2021.

     
      Animation "Jeux de société"
    Lundi 31 mai, retrouvez Charlène et Catherine pour une animation autour des jeux de société !
    Pour participer à l'animation, inscrivez-vous auprès de la délégation ou en nous envoyant un mail à l'adresse : charlene.lambert@externe.apf.asso.fr
    Voici le lien de connexion :
    ID de réunion : 937 5583 0424
    Code secret : DELEG28

    Séance de sophrologie

    A partir du mois de juin, il n'y aura plus de séance de sophrologie en ligne. Nathalie a partagé de bons moments avec chacun d'entre vous.

  • L'amour n'a pas de prix mais il peut coûter cher

    Dans leur combat pour déconjugaliser l’AAH, ils ont trouvé un allié : le sénateur Philippe Mouiller. Diffusé sur Public Sénat, le documentaire « Handicap, l’amour sous condition de ressources » revient sur leur combat commun.

    Lorsqu’on est handicapé et qu’on tombe amoureux, mieux vaut bien faire ses calculs avant d’emménager avec l’être aimé. Au risque de perdre sa seule source de revenu : l’allocation adulte handicapé. L’AAH est destinée aux personnes empêchées de travailler à cause d’un handicap.

    Parce qu’elles ne peuvent pas gagner leur vie, elles ont droit à une aide, qui peut aller jusqu’à 900 euros. Du moins théoriquement. Car le mode de calcul prend en compte le revenu du conjoint. S’il gagne plus de 2 200 euros, on perd le droit de toucher l’AAH. C’est là tout le cœur du problème, et l’objet du documentaire « Handicap, l’amour sous conditions de ressources

    ».

  • Un numéro pour les femmes handicapées victimes de violences - 01 40 47 06 06

    07052021_ecouteviolencefemmeshandicapees_Gettyimage_1264072299_1.jpg

    INTERVIEW. 80 % des femmes handicapées subissent des violences. L’association Femmes pour le dire, femmes pour agir (Fdfa) propose un numéro d’écoute pour les accompagner. Entretien avec Marie Conrozier, chargée de mission « lutte contre les violences ». 

    Ecoute violences femmes handicapées existe depuis 2015. Quel est ce dispositif ?

    Marie Conrozier : C’est la première permanence d’accompagnement en France dédiée aux femmes handicapées victimes de violences et/ou de maltraitances. Le numéro d’écoute, 01 40 47 06 06*, est ouvert le lundi de 10 h à 13 h et de 14 h 30 à 17 h 30, et le jeudi de 10 h à 13 h. Les bénévoles au bout du fil sont là avant tout pour écouter, mais aussi pour proposer des accompagnements adaptés.

    Nous conseillons des rendez-vous avec des professionnelles qui travaillent avec nous. 

    ==> la suite