• Une assemblée générale inédite le samedi 26 septembre prochain

    L’Assemblée générale 2020 se tiendra le samedi 26 septembre 2020 de 14h00 à 17h30, avec un accueil dès 13h30.

    Comme annoncé début avril, en raison de la crise sanitaire, nous avons dû reporter notre Assemblée générale 2020 au 26 septembre après-midi. Elle était initialement prévue le 20 juin au Havre. Réduite ainsi à une demi-journée, elle sera principalement centrée sur son objet statutaire : rendre compte de l’activité 2019 de l’association par la présentation des différents rapports (rapport moral, rapport d’activités, rapport financier…) et la présentation des comptes 2019. Les résultats des élections au Conseil d’administration y seront également présentés.

    Afin de respecter les recommandations sanitaires, nous avons imaginé une assemblée générale inédite. Concrètement, cette AG aura lieu simultanément sur 14 sites régionaux, reliés entre eux, en direct, par visio-conférence : Ajaccio (20), Longvic (21), Toulouse (31), Bordeaux (33), Rennes (35), Tours (37), Angers (49), Nancy (54), Arras (62), Villeurbanne (69), 2 lieux à Paris (75), Le Havre (76) et La Garde (83).
    Conforme à nos statuts, ce format d'assemblée générale nous permettra de prendre en compte les consignes sanitaires qui s'imposeront à nous le 26 septembre.

    Si vous souhaitez participer à l'AG sur l'un des 14 sites, les inscriptions seront ouvertes du 1er juillet et jusqu'au 20 juillet 2020. Si le nombre d’inscrits dépasse la capacité d’accueil des différentes salles, nous serons amenés à prioriser les adhérent·e·s qui se sont inscrit·e·s en premier.

    ==> la suite

  • 0 800 360 360 : le numéro vert pour des conseils de proximité aux personnes handicapées et aux aidants

    questions-handicap.jpg

    Vous êtes en situation de handicap ou bien un proche aidant en difficulté ? Votre situation s'est dégradée pendant le déconfinement ? Vous avez besoin de trouver une équipe mobile intervenant à domicile pendant un temps ? Revoir un plan d'accompagnement en urgence ? Le 0 800 360 360 est un numéro d'appel gratuit qui vous permet d'entrer en relation avec les acteurs de l'accompagnement qui opèrent près de chez vous et qui se coordonneront pour vous apporter les solutions adaptées à votre situation.

    En quoi ça consiste ?

    Le 0 800 360 360 est un numéro national gratuit (accessible aux personnes sourdes et malentendantes) qui bascule votre appel directement vers une équipe de conseillers, située dans votre département, qui construira avec vous une solution de proximité.

    Il peut s'agir :

    • d'une aide à la reprise des soins en ville et à l'hôpital (pathologies hors Covid-19) et des accompagnements interrompus pendant le confinement (soutien à la recherche d'un médecin traitant, par exemple) ou bien d'une aide à l'orientation des personnes touchées par le Covid-19 ou de leurs proches aidants vers des solutions de soins ou d'hébergement ;
    • de solutions de répit ou de relayage à domicile pour les proches aidants (accompagnement des besoins en sortie de confinement ou des familles continuant à accueillir un proche en confinement à leur domicile) ;
    • d'un accompagnement renforcé pour des besoins rendus plus complexes ou des troubles aggravés par la crise sanitaire ;
    • d'un soutien aux enfants en situation de handicap confiés à l'Aide sociale à l'enfance (ASE).

      À savoir : Les conseillers s'appuient sur le dispositif « communautés 360 » qui vise à mettre en commun les ressources et à réunir les compétences des acteurs locaux de l'accompagnement, pour apporter des solutions plus rapidement. Ces intervenants sont : les associations gestionnaires d'établissements et services pour personnes handicapées, les hôpitaux, les professionnels de santé de ville, les services publics, les réseaux de solidarité, les écoles, les entreprises....

     

    Des départements couverts progressivement mais toujours une réponse

    Le déploiement du projet sur l'ensemble du territoire est prévu d'ici à l'été 2020.

    Dans cette attente, une plateforme d'écoutants nationaux répond aux appels ne pouvant pas encore être pris par les équipes territoriales afin de garantir une continuité de réponse médico-sociale, d'accès aux soins, d'accueil et d'écoute pendant la période estivale, notamment pour des solutions de répit ou d'accès à des activités de loisirs, de vacances adaptées.

    Les départements qui sont déjà couverts :

    Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret, Corse-du-Sud, Haute-Corse, Ardennes, Aube, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Haut-Rhin, Vosges, Aisne, Nord, Oise, Martinique, Calvados, Eure, Manche, Orne, Seine-Maritime, Charente-Maritime, Corrèze, Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Vienne, Haute-Vienne, Aude, Aveyron, Hérault, Lot, Alpes-de-Haute-Provence, Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Var, Vaucluse.

      À savoir : Ce numéro d'appel sera pérennisé après la crise sanitaire pour devenir un point d'entrée pour toutes les personnes et les aidants sans solution ou ayant besoin d'être accompagnés au quotidien.

  • Un grand isolement non choisi, voici ce qu'on vécu les aidants lors du confinement

    enquête-aidants-ciaaf-2-640x330-1-640x330.jpg

    Confinement : des aidants bien peu aidés

    Un grand isolement non choisi, voilà ce qu’ont vécu les aidants selon une enquête parue ce 18 juin. Réalisée par le Collectif inter-associatif des aidants familiaux (Ciaaf), elle montre aussi que leur premier besoin est de disposer de temps de répit. D’où la proposition de créer des chèques répit, sur le modèle des chèques vacances. Objectif : apporter un soutien le plus souple possible.

    Des établissements qui ont fermé leurs portes, certaines prestations à domicile non assurées, des proches qui n’ont pu apporter l’habituel coup de main. Pendant les deux mois de confinement, les aidants se sont retrouvés plus isolés que jamais. Huit sur dix (79 %) disent que cet isolement s’est imposé à eux. D’ailleurs, durant ce printemps confiné, un sur deux (52 %) dit avoir aidé seul le proche accompagné, contre 33 % le reste de l’année.

    ==> la suite de l'article

  • MDPH : les personnes handicapées en ont marre d’attendre

    attente-horloge-mdph-660x330.jpg

    Près de sept personnes handicapées sur dix estiment que leur MDPH met trop de temps à répondre à leur demande : quatre mois et 12 jours en moyenne. Plus généralement, seul un usager sur trois s’estime satisfait de ce guichet unique.

    L’impatience gagne les usagers des MDPH. Voilà résumé, de manière lapidaire, l’un des principaux résultats de l’enquête nationale de satisfaction sur les Maisons départementales des personnes handicapées. 24 000 internautes ont répondu à cette enquête en ligne menée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie en 2019. Ce nombre élevé de participants prouve l’importance qu’ils accordent à ce dispositif d’accès aux droits.

    Près de six mois d’attente pour la PCH

    ==> la suite