Revendications

  • Journées Nationales des Parents d’enfants en situation de handicap

    Capture.JPG

    Certains d’entre vous les attendent, d’autres souhaitent les découvrir.

    Comme nous vous l’avons déjà annoncé et comme nous vous le redirons sans doute : cette année, les Journées Nationales des Parents d’enfants en situation de handicap (JNP) se dérouleront les 1er, 2 et 3 février 2019 à Strasbourg autour d’un thème prégnant : 

    « La désinstitutionalisation, pas sans nous !

    Le processus est en cours. Parents, soyons partie prenante. »

    En alternant en séances plénières (interventions de chercheurs et de professionnels, échanges avec la DG et avec le CA…) et temps d’expression en ateliers, elles permettent une réflexion collective où chacun peut apporter sa contribution.

    Parents, il est important que vous soyez présents  et qui plus est, si vous êtes liés à une structure APF, délégation, établissement ou service il est capital qu’elle soit représentée. Notez qu’il est également possible de participer à titre individuel quel que soit le lieu de vie de votre enfant.

    Les dossiers d’inscriptions sont à remplir en ligne d’ici le 20 janvier en cliquant ici. (https://app.keysurvey.fr/f/1355583/1413/).

    Pour plus de précisions vous pouvez contacter la délégation départementale d'Eure et Loir où la structure APF France handicap à laquelle vous êtes liés.

    A bientôt pour retrouver à Strasbourg

    ==> le programme complet des journées

  • Venez célébrer les 70 ans de la déclaration universelle des droits de l'homme

    dudh.jpg

    Lundi 10 décembre 2018 de 18h à 19h

    Monument de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.  Place Châtelet à Chartres (près du logo #CHARTRES et du Conseil départemental d'Eure-et-Loir)

    Le 10 décembre 1948, suite aux atrocités vécues durant la Seconde Guerre mondiale, la Déclaration universelle des droits de l’homme est adoptée à Paris par l’Assemblée générale des Nations Unies pour affirmer haut et fort : plus jamais ça !

    Apportez vos bougies et donnons un nouveau souffle à ce bel idéal !

  • 3 Décembre - Journée internationale des personnes handicapées

    Capture.JPG

    Thème 2018 — « Autonomiser les personnes handicapées et assurer la participation et l'égalité »

    Depuis 1992, la Journée internationale des personnes handicapées est célébrée chaque année le 3 décembre à travers le monde. Elle vise à promouvoir les droits et le bien-être des personnes handicapées dans toutes les sphères de la société et du développement et à accroître la sensibilisation à leur situation particulières dans tous les aspects de la vie politique, sociale, économique et culturelle.

    Le thème retenu pour cette année met l'accent sur l'autonomisation des personnes handicapées pour un développement inclusif, équitable et durable dans le cadre du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

    Cette année, à l'occastion de la Journée, le Secrétaire général de l'ONU lancera...

    ==> la suite

  • Enquête nationale de satisfaction des usagers des maisons départementales des personnes handicapées (MDPH)

    Capture1.JPGPrenant la forme d’un questionnaire en ligne anonyme, l’enquête permet aux usagers qui le souhaitent de donner leur avis sur la qualité de service de la MDPH de leur territoire : accessibilité physique, qualité de l’accueil, qualité d’écoute, réponse aux besoins, etc.

    Les MDPH analyseront les réponses pour améliorer le service aux usagers et la CNSA établira un baromètre national.

    Un questionnaire court et accessible

    Court, le questionnaire (nouvelle fenêtre) comporte 15 questions organisées en 4 temps : 

    • une page de « présentation » permettant au répondant de renseigner notamment, s’il est lui-même en situation de handicap ou s’il effectue des démarches à la MDPH pour un proche, les raisons de la demande et l’état de sa demande ;   
    • le volet « satisfaction » porte sur le niveau de satisfaction général de l’usager et questionne plus précisément sa satisfaction vis-à-vis de points spécifiques : la facilité d’accès de la MDPH, la facilité de contact, la qualité d’accueil, d’écoute, la compréhension des droits et des aides, etc. ;
    • le volet « réponse à vos besoins » évalue la satisfaction de l’usager quant au délai de traitement de sa demande ainsi que vis-à-vis des aides accordées ;
    • la page « en conclusion » permet aux usagers qui le souhaitent de s’exprimer librement et d’émettre des propositions. 

    Le questionnaire a été élaboré avec des MDPH et soumis à l’avis de représentants d’associations de personnes handicapées.

    Capture.JPG

  • Voirie, commerces, transports... Les personnes handicapées ont manifesté, à Chartres, pour l'accessibilité

    Vu sur le site internet de l'Echo Republicain

    divers.JPG

    Environ soixante-dix personnes ont manifesté pour l'accessibilité "universelle", ce mercredi 26 septembre 2018, devant le monument Jean-Moulin, à Chartres. Le rassemblement était organisé par APF France handicap.

    "Accès pour tous, accès pour tous", ont crié les manifestants, ce mercredi 26 septembre, devant le monument Jean-Moulin, à Chartres. Initié par l'association APF France handicap, l’événement, qui a eu lieu partout en France, a réuni environ soixante-dix personnes. Parmi eux, des membres malvoyants et non voyants de l'Association Valentin-Haüy (AVH).

    Morgane Legrand, malvoyante, est chargée de la communication au sein de la délégation eurélienne d'APF France handicap : "Cela concerne toute la société,....

    ==> suite de l'article

  • Pourquoi APF France handicap appelle à manifester le mercredi 26 septembre à Chartres

    Accessibilité.jpg La Délégation APF France handicap d’Eure et Loir vous invite à

    venir manifester en nombre

     pour l’ACCESSIBILITE « universelle » 

    (bâtiments, transports, logements, voieries, services,…)

     Le Mercredi 26 septembre de 11h à 13h

    Boulevard de la Résistance à Chartres

    (devant le mémorial Jean Moulin)

     

    L’accessibilité « universelle » ne concerne pas que les personnes en situation de handicap ! Elle concerne aussi toutes les personnes à mobilité réduite comme les personnes âgées, les femmes enceintes, les parents avec poussettes, les enfants ou bien encore n’importe quel personne avec des béquilles, des grosses valises ou des sacs de courses. Elle implique l’accès à tout pour tous !

     Notre association « APF France handicap » organise Le 26 septembre (veille de la première échéance de 3 ans des Agendas d’Accessibilité Programmée) une journée nationale de mobilisation pour interpeller l’opinion, les décideurs et les pouvoirs publics sur l’accessibilité.

     Ce que prévoit la loi :

    La loi du 11 février 2005, sur « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », prévoyait la mise en accessibilité de tous  les Établissements Recevant du Public(ERP) avant le 1er janvier 2015.

    Face au constat que l'échéance ne serait pas respectée, le gouvernement a promulgué une ordonnance en 2014 qui oblige les propriétaires et gestionnaires d’ERP, ne respectant pas les règles d’accessibilité, à planifier et à réaliser les travaux de mise en accessibilité dans un délai déterminé (3 ans, sauf cas particuliers jusqu’à 6 ou 9 ans) sur un calendrier de mise en œuvre précis, à les financer en déposant un Agenda d’Accessibilité Programmée (Ad’AP) avant le 27 septembre 2015.

    Pour les services de transports publics (urbains, interurbains, ferroviaires), des agendas de mises en accessibilité (SD’AP) sensiblement identiques devaient aussi être déposés par les autorités organisatrices de transports pour actualiser les schémas directeurs d’accessibilité existants avec une programmation des travaux (et/ou mise en place de services de substitution), des engagements de réalisation, de financement et de délais.

    Enfin, la loi de 2005 imposait aussi l’accessibilité des logements et  des voieries nouvellement crées et de celles entièrement rénovées.

     

     3 ans après, qu’en est-il?  Il reste encore beaucoup de chemin à parcourir !!!

    Selon les dernières données de la Préfecture d'Eure et Loir :

    •  seulement 50% des ERPs recensés dans notre département ont fait l'objet d'une démarche d'accessibilité (25% sont « déclarés accessibles »* et 25% sont inscrits dans une accessibilité programmée)
    • 60% des communes (pour leurs ERP) ne sont toujours pas entrées dans une démarche Ad’AP (dont quelques villes importantes du département)
    • des SD’AP toujours non déposés par les autorités organisatrices de transports

     * parmi les ERP déclarés aujourd’hui accessibles, il faut savoir qu’un certain nombre ont obtenu des dérogations certes légales mais qui pour certaines ne correspondent pas à l’esprit de la loi de 2005. Ces  ERPs ne sont dans la réalité que partiellement accessibles (à certains types de handicap et/ou avec besoin d’installation de rampes amovibles) .

     

     A cela s’ajoute :

    -  des problèmes récurrents d’accessibilité sur des maillons de la chaine de déplacement du lieu de vie de la personne vers sa destination : trottoirs étroits, passage-piéton avec des trottoirs non-surbaissés, revêtements inadaptés sur l’espace public, signalisation insuffisante pour les malvoyants,  insuffisance en nombre des stationnements réservés, transports classiques ou points d’arrêts  inaccessibles, transports de substitutions (P.M.R) insuffisants avec des horaires réduits et des conditions d’accès à améliorer, …

    - en Eure et Loir, des commissions d’accessibilité qui n’existent pas ou  qui ne se réunissent pas régulièrement dans la majorité des villes de plus de 5000 habitants (13 villes dans le 28) ainsi que dans les communautés de communes et d’agglomération du département compétents en matière de transports ou d'aménagement de l'espace alors que leurs missions sont importantes (organiser le recensement des logements accessibles aux personnes handicapées et aux personnes âgées, dresser un constat de l’accessibilité du cadre bâti existant, de la voirie, des espaces publics et des transports,…) et se doivent  de faire des propositions de nature à améliorer la situation.

    - Cerise sur le gâteau, l’article 18 du projet de loi ELAN qui fait passer de 100 % à 20 % les logements accessibles dans les immeubles neufs – les 80 % restants devenant évolutifs. Le gouvernement veut imposer  des mesures incohérentes avec les différentes politiques publiques qu’ils mènent, discriminatoires et très éloignées des aspirations d'une très large majorité de citoyens désirant vivre chez eux et dans la cité.

    Aujourd'hui, sur 100 logements construits, 40 sont accessibles. Demain, avec la loi ELAN, sur 100 logements construits, seulement 8 seront accessibles...

     C’est pourquoi, après plus de quatre décennies d’immobilisme sur ce sujet, il est plus que jamais nécessaire de porter au plus haut notre exigence que soit enfin respectée notre liberté d’aller et venir.

     Nous comptons sur votre mobilisation!