Revendications - Page 4

  • Dernière minute concernant l'obtention de masques pour les auxiliaires de vie ?

    Lisez bien les commentaires dans le document paru sous FAIRE FACE

    masque-coronavirus-auxiliaires-de-vie-660x330.png

    « J’emploie directement des auxiliaires de vie. Jusqu’à présent, je n’ai pas réussi à me procurer des masques pour eux. Est-ce que les particuliers employeurs vont enfin avoir accès au stock national de masques ? »

    Trois semaines que dure le confinement. Et trois semaines que les particuliers employeurs handicapés courent après des masques chirurgicaux pour équiper leurs salariés. Comme Faire-face.fr l’a expliqué dans un précédent article, depuis le 17 mars, les aides à domicile figurent parmi la liste des professionnels pouvant bénéficier gratuitement du stock national. Mais, pénurie oblige, bien peu ont réussi à s’en procurer.

    De plus, le changement de stratégie intervenu le 27 mars n’a rien arrangé. Depuis cette date, les particuliers employeurs devaient s’approvisionner auprès de l’un des 135 groupements hospitaliers de territoire. Une contrainte supplémentaire.

    Un courriel de l’Urssaf envoyé à chaque aide à domicile

    ==> lire la suite

  • Des masques pour les professionnels du soin et de l’accompagnement à domicile de toutes les personnes fragiles

    index.jpg

    Communiqué France Assos Santé – 8 avril 2020

    L’Union des Associations des Usagers de la Santé, France Assos Santé, lance un appel aux pouvoirs publics pour que les masques soient enfin délivrés à tout professionnel chargé d’une fonction d’aide et de soutien aux actes de la vie courante des personnes isolées en
    perte d’autonomie, qui ne pourraient vivre sans ces professionnels du maintien à domicile attachés à une association, une institution, avec un statut de salarié ou travailleur indépendant.
    Nul n’ignore que les personnes en situation de handicap et personnes âgées non autonomes, vivant seules et sans famille à proximité, ne pourraient subvenir à leurs besoins fondamentaux comme se nourrir, se laver, se soigner, prendre leur traitement ou se lever et verraient leur état de santé se dégrader ou mourraient dans l’isolement le plus complet.
    Nul n’ignore non plus que ces professionnels du soutien à domicile se déplaçant de maison en maison, circulent dans des espaces publics, font des courses de nourriture et de médicaments, et peuvent transporter le virus sans le savoir de différentes façons.

    De nombreux pharmaciens leur refusent ces masques alors que leur fonction est tout autant essentielle à la vie des personnes isolées et non autonomes, que celle des professionnels du soin.
    Pour toutes les personnes isolées et non autonomes, déjà fragiles, la privation de masques pour ces professionnels du maintien à domicile qui leur permettent de vivre, est une exposition au risque de COVID-19 qu’aucun responsable ne peut ignorer.

    C’est pourquoi, après avoir entendu Olivier Veran affirmer il y a deux jours, que les personnels des EHPAD devaient bénéficier de l’accès aux masques, France Assos Santé demande que ces professionnels du soin quotidien à domicile aussi indispensables que les professionnels du soin médical, et circulant en ville ou à la campagne de personne en personne, aient enfin un droit d’accès aux masques délivrés en pharmacie ou à un masque de fabrication artisanale en cas de refus persistant des pharmaciens dont une autorité donnerait enfin le modèle, faute de rien.

  • Covid-19 : pour protéger les personnes fragiles, protégeons leurs proches

    index.pngCommuniqué de France Assos Santé

    Le Haut Conseil de la Santé Publique a identifié les situations de personnes (1) nécessitant une protection
    impérative dans le cadre de la crise du Covid-19. Sur la base de cet avis, l’Assurance maladie a déterminé les
    Affections de Longue Durée concernées par ces situations, et mis en place un système d’auto-déclaration en ligne permettant aux personnes concernées de se déclarer individuellement directement et de bénéficier d’un arrêt maladie initial de 21 jours (avec effet rétroactif possible au 13 mars (2).


    Si les associations de malades saluent cette disposition, elles restent néanmoins très inquiètes concernant l’absence de disposition dérogatoire pour les proches des malades qui sont dans l’obligation de se rendre sur leur lieu de travail. Le risque de contraction du virus par les proches allant travailler et de contamination du proche « fragile » est élevé et potentiellement gravissime pour elles.


    Les alertes de France Assos Santé et des différentes associations de malades sont restées à ce jour sans réponse : aujourd’hui il est urgent d’agir ! Une vague de contamination est attendue selon les propres termes du Directeur Général de la Santé, la protection des personnes les plus fragiles doit être une priorité absolue et pour ce faire il est impératif de sécuriser la prescription par les médecins d’arrêt de travail aux personnes vivant avec une personne à risque.

    (1) https://www.hcsp.fr/explore.cgi/avisrapportsdomaine?clefr=775
    (2) https://declare.ameli.fr/assure/conditions

    --- Contact presse : communication@france-assos-sante.org / 01 53 62 40 37 – 06 67 28 60 99

  • RSA, Aide au logement ou Allocation Adulte Handicapé versés automatiquement

    index.jpg

    Les aides sociales versées automatiquement

    Le versement des prestations sociales sera automatique pour toute personne dans l’impossibilité de renouveler sa déclaration trimestrielle auprès des Caf.

    C’est ce qu’on annoncé vendredi dernier, Julien Denormandie, Sophie Cluzel et Christelle Dubos (respectivement ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires, secrétaire d’Etat chargée des Personnes handicapées et secrétaire d’Etat auprès du ministre des Solidarités).

    « La solidarité nationale doit se poursuivre, surtout en période épidémique », soulignent-ils dans un communiqué commun. Ils remercient en outre les agents des Caf, des Cpam et des Msa« qui malgré un contexte difficile assurent la continuité du soutien aux Français les plus fragiles ».

    Sont concernés le RSA, le revenu de solidarité dans les outremers (RSO), l’allocation adulte handicapés (AAH), l’allocation d’éducation de l’enfant handicapé (AEEH), et l’ensemble des aides sociales versées sous condition de ressource par les Caf. Les aides au logement seront automatiquement maintenues.

    De même, les droits à l’AAH et à l’AEEH arrivant à échéance seront automatiquement prorogés de 6 mois. Enfin, les droits à la complémentaire santé solidaire et à l’ACS, dont le bénéfice expirera au cours des prochains mois seront prolongés pour un trimestre.

  • Appel à candidature pour faire partie du conseil d’administration du CCAS de votre commune

    unnamed.jpg

    Chaque élection municipale s’accompagne du renouvellement du conseil d’administration du CCAS (Centre Communal d’Action Sociale).

    Présidé de droit par le Maire, ce conseil est composé à parité d’élus municipaux et de membres issus de la société civile, dans une proportion de 8 minimum à 16 maximum, en plus du Maire.

    La parité apporte au CCAS une cohérence d’intervention plus forte puisqu’elle s’inscrit dans la réalité et la diversité de la commune et de la société dans laquelle il s’organise. De plus, elle induit des coopérations négociées et adaptées entre les élus, le monde associatif et les professionnels sociaux qui le composent.

    Parmi les membres nommés, la loi prescrit une représentation de quatre catégories d’associations :

    -  les associations de personnes âgées et de retraité

    - les associations de personnes handicapées

    - les associations œuvrant dans le secteur de l’insertion et de la lutte contre l’exclusion

    -  l’Union départementale des associations familiales (UDAF)

    Les représentants de la société civile sont nommés par arrêté du Maire dans un délai maximum de 2 mois à compter de l’installation du conseil municipal. A noter que s’il ne reçoit qu’une candidature pour telle ou telle catégorie d’associations, il est tenu de nommer la personne concernée, sans pouvoir exercer de choix.

    Si vous êtes intéressé pour faire partie du CCAS de votre commune, merci le nous le faire savoir pour que l’on présente votre candidature au maire.

     

    STATUTS DU CCAS

    Le CCAS est un « établissement public administratif » avec une existence administrative et financière distincte de la commune. Il est géré par un conseil d’administration qui détermine les orientations et les priorités de la politique sociale locale. Le conseil peut déléguer une partie de ses pouvoirs au président et/ou au vice-président.

    MISSIONS DU CCAS

    Légale ou facultative, une mission de solidarité

    Le CCAS anime une action générale de prévention et de développement social dans la commune en liaison avec les institutions publiques et privées. Il est de ce fait l’institution locale de l’action sociale par excellence. A ce titre, il développe différentes activités et missions légales ou facultatives, directement orientées vers les populations concernées.

    Le CCAS/CIAS se mobilise dans les principaux champs suivants, par ordre décroissant d’implication :

    lutte contre l’exclusion (en particulier, aide alimentaire), services d’aide à domicile, prévention et animation pour les personnes âgées, gestion d’établissements d’hébergement pour personnes âgées, soutien au logement et à l’hébergement, petite enfance, enfance/jeunesse, soutien aux personnes en situation de handicap.

    • il gère des équipements et services : établissements et services pour personnes âgées, centres sociaux, crèches, halte-garderie, centres aérés, etc.
    • il apporte son soutien technique et financier à des actions sociales d’intérêt communal gérées par le secteur privé,
    • il participe à l’instruction des demandes d’aide sociale légale (aide médicale, RSA, aide aux personnes âgées...) et les transmet aux autorités décisionnelles compétentes telles que le conseil départemental, la préfecture ou les organismes de sécurité sociale,
    • il intervient également dans l’aide sociale facultative qui constitue souvent l’essentiel de la politique sociale de la commune : secours d’urgence, prêts sans intérêt, colis alimentaires, chèques d’accompagnement personnalisé, etc.
    • il peut être délégataire de compétences sociales globales sur le territoire communal par convention avec le conseil départemental.

    ==> en savoir plus

  • Mobilisation pour la suppression de la prise en compte des revenus du conjoint·e dans le calcul de l'AAH (Allocation Adulte Handicapé).

    uouRKxBrSfFdXid-800x450-noPad.jpg

    Maintenons la pression
    La manifestation est annulée, mais il est essentiel de poursuivre la mobilisation sur les ressources des personnes en situation de handicap, notamment pour la suppression de la prise en compte des revenus du conjoint·e dans le calcul de l'AAH (Allocation Adulte Handicapé).
    Cette mesure est particulièrement discriminante et maintient un grand nombre d'allocataires en situation de dépendance vis-à-vis de leur conjoint·e ! Bien que l'Assemblée nationale ait adopté, contre l'avis du gouvernement, une proposition de loi visant à stopper cette aberration, la route est longue avant qu'elle ne soit effective. Ce sont désormais les sénateurs qui doivent l'adopter, avant un retour pour adoption définitive à l'Assemblée Nationale, sans modification du texte original. Il faut donc plus que jamais maintenir la pression !

    Une pétition a été lancée afin d'alerter les sénateurs et sénatrices sur la précarité des bénéficiaires de l'AAH et les inciter à voter pour l'individualisation de l'attribution de cette allocation. Merci de prendre 2 minutes pour la signer et la soutenir !

    ==> la pétition

  • Annulation de la mobilisation nationale du 5 mars 2020 sur les ressources

    1291818647.png
     
    La situation actuelle concernant le coronavirus-covid 19 et sa progression très probable d’ici la fin de semaine nous contraint à annuler notre journée de mobilisation nationale du 5 mars sur les ressources et notamment la manifestation que nous avions prévu d'organiser ce jeudi 5 mars 2020 à 10h45 à Chartres et à 14h30 à Orléans. 
     
    En effet, compte tenu du profil d’un grand nombre de manifestants – dont certains ont un état de santé fragile - nous ne sommes pas en capacité de mettre en œuvre les dispositifs de prévention indiqués par le ministère de la santé dans les différents lieux de manifestations. 
     
    Cette décision d’annuler notre mobilisation ne doit pas être interprétée comme un renoncement à nos revendications sur les ressources. 
     
    S’il est difficile d’envisager une nouvelle journée nationale de manifestation dans les prochaines semaines, nous allons étudier d’autres modalités de revendications pour porter notre message auprès du Gouvernement et du président de la République. Cette décision ne signifie pas non plus que nous allons suspendre toutes nos actions relatives à notre vie associative.
     
    Conscients que beaucoup d’entre vous s’étaient mobilisés pour cette journée, nous pensons que vous comprendrez le sens de notre responsabilité à l’égard des personnes que nous représentons. 
     
    Nous nous tenons à votre disposition pour toute demande d'information complémentaire.
     

  • AAH en couple : l’Assemblée nationale dit stop à la prise en compte des ressources du conjoint

    assemblee-nationale-stop-ressources-conjoint-660x330.png

    Les députés ont adopté une proposition de loi faisant de l’AAH une allocation ne dépendant plus des ressources du conjoint. Contre l’avis du gouvernement. Le texte doit désormais être examiné par le Sénat.

    Pas grand monde ne l’a vue venir. Et certainement pas les élus de La République en marche, majoritaires à l’Assemblée nationale. Jeudi 13 février, cette dernière a adopté une proposition de loi supprimant la prise en compte des ressources du conjoint, concubin ou pacsé pour le calcul de l’allocation adulte handicapé (AAH). Contre l’avis du gouvernement.

    Une proposition de loi, à la différence d’un projet de loi, est un texte soumis par des parlementaires et non par un ministère. Ceux de Libertés et territoires en l’occurrence. Ce groupe hétéroclite est composé de députés du centre gauche, du centre doit, de gauche et de nationalistes corses.

    Une nouvelle tentative… après d’autres

    ==> la suite